Bon & bien
La nutrition

Santé : le sel est-il à bannir de vos repas ?

Quelle est la bonne consommation de sel par jour ?
En 2001 déjà, le premier Programme national nutrition santé nous alertait sur les risques liés au sel. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime la consommation de sel par jour chez l’adulte entre 9 à 12 grammes, soit deux fois l’apport maximum recommandé.

Mais le sel est-il si mauvais pour la santé ? Devez-vous le bannir de vos repas et de ceux de vos enfants ? Existe-il des alternatives ? On décrypte le sujet pour vous !

Le sel, un condiment à risque ?

Le sel n’est pas dangereux en lui-même : c’est une trop grande consommation qui peut engendrer chez l’adulte des problèmes d’hypertension artérielle, des accidents vasculaires cérébraux et des complications cardiovasculaires. Pour éviter ces risques de maladies, l'OMS préconise aux adultes de se limiter à 5 grammes de sel par jour.

Le saviez-vous ?

Si chacun réduisait sa consommation quotidienne de sel, nous sauverions 2,5 millions de personnes dans le monde entier.

Y a-t-il un risque chez l’enfant ?

Aucune étude ne démontre qu’une consommation excessive de sel aurait des conséquences néfastes chez les enfants. Si l’OMS n’indique aucune recommandation particulière, il est toutefois conseillé d’habituer les enfants et les adolescents à ne pas trop saler leurs repas. Tout est une question d’habitude, alors autant appliquer un principe de précaution dès leur plus jeune âge.

Les deux avantages majeurs du sel

Un condiment essentiel à la santé

Le sel n’est pas à bannir de votre alimentation. Composé de deux micronutriments, le sodium et le chlore, il est indispensable pour le bon fonctionnement de votre corps. En effet, le sodium est présent dans toutes les cellules de notre corps. Mais comme pour tout, il faut en consommer une quantité adaptée à nos besoins.

Zoom sur les bienfaits du sel iodé

Le sel iodé a le vent en poupe depuis quelques années, et pour cause : l’iode sert à synthétiser les hormones de la thyroïde, qui régulent le fonctionnement des reins ou encore la régulation de l’appétit.

Au 19ème siècle, dans certaines régions de France éloignées de la mer, les habitants ne mangeaient que très peu de produits issus de la mer et consommaient du sel d’extraction. À cause du manque d'iode, les enfants pouvaient souffrir de crétinisme, un défaut de développement des capacités cérébrales.

Le sel marin (ou iodé) est plébiscité par l’agence nationale de santé publique. Aujourd’hui, la moitié des sels commercialisés sont marins, comme le fameux sel de Guérande.

Un exhausteur de goût

Comme le sucre, le sel est un exhausteur de goût. Il paraît même indispensable pour relever le goût de certains aliments, notamment les légumes verts, la viande ou le poisson. D’ailleurs, il vaut mieux assaisonner convenablement ces aliments pour les faire apprécier des enfants plutôt que limiter la consommation de sel.

En effet, la viande, le poisson et les légumes sont essentiels pour la croissance des plus jeunes !

Comment bien doser le sel ?

Tout dépend du type d’aliment consommé. La charcuterie, par exemple, est naturellement très salée. Également riche en matière grasse, il est préférable d’en limiter la consommation.

Pour d’autres, il est plus facile d’être vigilant et de gérer l’ajout de sel. Prenons l’exemple d’un sachet de légumes cuisinés et surgelés : pour 100 grammes, 0,5 gramme de sel suffit. Au-delà, votre plat sera trop riche en sel.

Trois conseils pour éviter de trop saler
  • Ne pas mettre la salière sur la table (c'est pour cela que le sel n'est plus en libre accès dans les cantines scolaires depuis 2011).
  • Goûter son plat avant de le saler.
  • Regarder les étiquettes nutritionnelles des produits et lire la quantité de sel par portion indiquée. N'oubliez pas que la quantité recommandée par jour est de 5 grammes pour un adulte.

Le Nutri-Score, un guide pour mieux manger

Le sel est l’un des éléments pris en compte par le Nutri-Score, au même titre que les protéines, les acides gras saturés, le sucre et les fibres. Le sel fait vite pencher la balance : trop de sel et le Nutri-Score grimpe.

Soyez donc attentif au Nutri-Score pour comparer deux produits d’une même catégorie. Il s’agit d’un bon moyen de s’y retrouver pour mieux gérer votre consommation de sel, et celle de vos enfants.

Pour aller plus loin, découvrez notre article dédié au projet d’Elior sur l’utilisation du Nutri-Score à la cantine.

Les alternatives au sel

Les aliments naturellement riches en sodium

Certains aliments contiennent du sodium : les épinards, le céleri, le pain, le fromage… Et même certaines eaux minérales. Toutefois, faites attention : une bouteille peut contenir plus d’un gramme de sel pour 100 millilitres. À boire avec modération !

Comment relever le goût de vos plats ?

Si vous souhaitez remplacer le sel pour relever le goût de vos aliments, ou tout simplement pour varier les plaisirs, vous pouvez vous tourner vers :

  • les épices ;
  • les herbes aromatiques ;
  • les graines torréfiées et broyées, comme le gomasio (graines de sésame à peine salées réduites en poudre, souvent utilisées dans la cuisine asiatique) ;
  • le sel à base de chlorure de potassium, à trouver en magasin spécialisé.

Pour réduire davantage votre consommation de sel par jour, n’hésitez pas à préparer vous-même vos propres mélanges pour vos assaisonnements – en fonction de vos goûts et de ceux de vos enfants !

Le sel, comme tous les aliments essentiels à notre corps, est à consommer à bonne dose. Bien qu’il soit inoffensif pour l’enfant, n’hésitez pas à inculquer les bonnes habitudes de consommation le plus tôt possible. Et pour donner un coup de peps à vos plats, il existe un tas d’alternatives au sel : mélange d’épices, de graines, d’herbes aromatiques… Faites-vous plaisir !

Plus d'articles