Bon & bien
La nutrition

La néophobie alimentaire : comprendre cette peur des enfants

La néophobie alimentaire
De nombreux parents l’ont déjà vécu : pour des raisons a priori mystérieuses, leur enfant peut se mettre à rejeter des fruits et des légumes qu'il mangeait pourtant sans problème jusque-là. Pourquoi ce changement soudain ? Nous avons posé la question à Jérémie Lafraire, chercheur en sciences cognitives au Centre de recherche de l'Institut Paul Bocuse. Depuis 2014, il travaille sur ce phénomène appelé néophobie alimentaire.

La néophobie alimentaire, de quoi s’agit-il ?

La néophobie alimentaire, c’est la peur intense des nouveaux aliments qui se caractérise souvent par un rejet et un refus de goûter, explique Jérémie Lafraire. Les adultes peuvent être touchés par la néophobie alimentaire, mais les premières traces et une version exacerbée de ce comportement s’observent surtout chez les jeunes enfants, entre 2 et 6 ans. Ils refusent de manger des fruits et des légumes qu’ils acceptaient auparavant.

Pourquoi ces enfants rejettent-ils des aliments qu’ils connaissent déjà ?

Pour comprendre, il faut savoir qu’avant l’âge de 2 ans, les enfants acceptent les aliments sans nécessairement les reconnaître et sans vraiment y prêter attention. À partir de 2 ou 3 ans, un autre mécanisme guide leur comportement alimentaire : ils vont s’intéresser à ce qu’on leur sert ! Et s’ils ne reconnaissent pas l’aliment ou si cela ne correspond pas à leurs premières connaissances du monde alimentaire, alors une réticence à goûter ou un rejet peut survenir. Pour les parents, ce nouveau comportement peut être très déroutant.

Ce qui guide l’acceptation alimentaire, c’est donc la reconnaissance…

La reconnaissance dépend de nos connaissances. On a donc tout intérêt à enrichir les connaissances du monde alimentaire des enfants pour les sensibiliser, dès le plus jeune âge, à une alimentation saine et variée.

L’éducation alimentaire que nous connaissons aujourd’hui est-elle suffisante ?

Pendant longtemps, l’éducation alimentaire était limitée à l’éducation sensorielle, au goût. Pourtant, il est essentiel d’aller plus loin dans la démarche et d’apprendre aux jeunes enfants l’importance de manger des aliments variés.

À l’université de Stanford (Californie), des psychologues ont démontré que des enfants en maternelle comprenaient que certains aliments ont des bienfaits spécifiques pour le corps. Par exemple, ils peuvent comprendre que les produits laitiers renforcent leurs os. On parle d’éducation alimentaire par la connaissance.

Éveiller l’ouverture d'esprit et la curiosité

Un autre frein à l’alimentation variée chez les enfants, ce sont les habitudes trop ancrées à certains moment de la journée. Par exemple, si le petit déjeuner est réservé aux céréales, manger des fruits ne sera pas une alternative acceptable... N’hésitez pas à expliquer à votre enfant que les petits déjeuners sont différents dans d’autres pays du monde. C’est en leur racontant des histoires que l’on éveille leur curiosité !

Le défi de la diversification alimentaire : les erreurs à éviter

La stratégie du camouflage

C’est une très mauvaise idée. Les enfants sont sensibles au contact physique entre les aliments. Si un aliment détesté ou inconnu touche un autre aliment de son assiette, cela peut gâcher l’intégralité du plat et bloquer son acceptation.

Modifier la couleur

Mélanger plusieurs couleurs dans l’assiette améliorerait l’attractivité d’un plat. C’est une idée assez séduisante, mais pour reconnaître un aliment, on se fit d’abord à sa couleur. « On connaît le rôle prédominant de la couleur dans le domaine alimentaire par rapport à celui de la forme », explique Jérémie Lafraire. C’est la même chose avec les herbes aromatiques qui peuvent brouiller la perception des tout petits. Il faut donc être vigilant et modifier le moins possible la couleur typique des aliments.

La stratégie de la récompense

Des études ont montré que les récompenses alimentaires pour inciter les enfants à manger des fruits et légumes ne fonctionnent pas. « Mange ton brocoli et tu auras le droit à un dessert », c’est fini !

Quelques conseils pour sensibiliser vos enfants à une alimentation variée
  • Faites vos courses avec vos enfants et impliquez-les dans les choix alimentaires
  • Pensez l’éducation alimentaire au-delà de la simple question du goût et éveillez leur curiosité
  • Utilisez les herbes aromatiques avec parcimonie pour les plus jeunes
  • Cuisinez avec vos enfants
  • Et surtout, pas de panique : la plupart des enfants sont un peu difficiles avec la nourriture

« Exposer les enfants aux aliments à travers toutes les étapes de leur transformation, de la fourche à la fourchette, enrichit leurs connaissances. »

Pour en savoir plus sur la néophobie alimentaire des enfants, nous vous conseillons la lecture de La faim des haricots (Marabout, 2021) de Jérémie Lafraire et Audrey Zucchi.

La faim des haricots

Plus d'articles

Le calcium, indispensable pour une bonne croissance

Le calcium : un allié de taille pour la croissance des enfants

27 avr. 2022