Bon & toqués
Trucs et astuces

5 astuces pour mieux faire consommer les fruits et légumes à vos enfants

Vous avez tout essayé pour faire manger des légumes à votre enfant, mais rien n’y fait, il refuse catégoriquement d’en consommer. S’il n’apprécie que le poisson pané/coquillette ou votre poulet rôti purée, rassurez-vous cela est normal ! 60 % des enfants, entre 2 et 7 ans, sont concernés par la néophobie alimentaire se traduisant par un refus de goûter de nouveaux aliments.
Il existe tout de même des solutions pour éviter les crises de larmes.
Voici nos conseils pour retrouver le calme au moment du repas et varier l’alimentation de votre enfant.

1)   Cuisinez avec votre enfant

Impliquez votre enfant dans le choix du menu dès que possible. Vous pouvez l’amener au marché choisir les légumes et les fruits. Les différentes couleurs et odeurs ainsi que l’ambiance stimuleront sa curiosité et ses sens. Au retour à la maison, proposez-lui de cuisiner les produits qu’il a choisis. Cela vous demandera plus de temps, mais vous passerez un moment privilégié avec lui. Il se sentira valorisé de faire comme les adultes et prendra du plaisir à se transformer en petit chef. N’oubliez pas de le laisser présenter son plat au reste de la famille, il mangera ainsi avec fierté.

2) Soyez créatifs en misant sur la présentation

Présentez un chou de Bruxelles cuit à la vapeur à un adulte, pas sûr qu’il soit très enthousiaste à l’idée de le manger ! Pour les enfants, c’est pareil, la présentation est importante afin de stimuler les sens à commencer par la vue. Amusez-vous en créant de véritables scènes dans l’assiette : utilisez un découpeur spiral ou un emporte-pièce pour créer des formes d’animaux, de paysages ou encore le fameux bonhomme avec sa bouche en sauce tomate. Attention à ne pas mélanger les aliments car un aliment non reconnu qui en touche un autre pourrait amener votre enfant à bouder tout son plat.

3) Autorisez votre enfant à manger parfois sans couverts

Bien souvent, un enfant refuse de consommer un légume, car il a vécu une mauvaise expérience gustative. Pour chasser ce souvenir, il faut d’abord que votre progéniture découvre le produit en le touchant et en le sentant. Pourquoi, ne pas prolonger l’expérience en l’autorisant à manger avec les doigts ? Si votre enfant apprécie de manger à la main les frites de pomme de terre, il aimera également le faire avec des bâtonnets/cubes/rondelles de carottes, de concombres ou de radis trempés dans une sauce !

4) Jouez astucieusement avec les aliments

Votre chérubin n’aime pas les épinards ? C’est l’occasion d’essayer d’en incorporer dans une recette de cake salé ou de muffin avec du gruyère. Ne lui annoncez pas que « ce soir, on mange des épinards » mais que l’on déguste un excellent muffin au fromage ! Associer les légumes aux saveurs qu’il apprécie comme le jambon blanc ou la sauce tomate est une excellente astuce.

Pensez également aux textures lisses, les enfants apprécient les smoothies, purées et soupes. Vous pouvez par exemple cuisiner une purée de pommes de terre en y ajoutant une courgette. En ce qui concerne les légumes crus ou cuits moins appréciés des enfants, rajoutez dans l’assiette quelques touches de gourmandise : croûtons, cubes de fromage, maïs ou miettes de thon.

5) Ne forcez pas votre enfant

L’idée est de ne pas laisser un souvenir traumatisant à votre enfant. Si à chaque fois qu’il refuse de déguster vos légumes, vous le forcez et haussez le ton, il associera des sentiments négatifs aux légumes. Le moment du repas doit rester, avant tout, un plaisir et un moment de partage avec les parents. Il vaut mieux que vous preniez votre temps faisant preuve de créativité avec toutes les astuces évoquées ci-dessus. S’il est vraiment réfractaire, racontez-lui des histoires : expliquez-lui que les aubergines sont cultivées, par son grand-père, dans son jardin, racontez-lui que les carottes ont la tête dans la terre qu’il existe des carottes de différentes couleurs et lui montrer...

Sachez aussi qu’il faut en moyenne présenter un nouvel aliment une bonne dizaine de fois à son enfant avant qu’il l’apprécie… Patience, ça viendra !

Plus d'articles